Aller au contenu

Victoire de Samothrace : histoire et découverte

La Victoire de Samothrace fut découverte il y a déjà 150 ans en 1863 avant d’arriver au Louvre en 1864 afin d’enrichir le musée impérial.

La Victoire de Samothrace fut découverte il y a déjà cent cinquante ans en 1863 avant d’arriver au Louvre en 1864 afin d’enrichir le musée impérial à Paris.

C’est sous Napoléon III, peu après la guerre de Crimée alliant l’Empire Britannique, l’Empire Français et l’Empire Ottoman face à l’Empire Russe, que Charles Champoiseau, archéologue amateur alors vice-consul par intérim à Andrinopole, entreprit des prospections afin de trouver des beaux objets. Il trouva son bonheur à Samothrace, une petit île du Nord de la mer Egée avec la découverte du corps et du buste séparés accompagnés de nombreux fragments. Plusieurs morceaux d’ailes ont permis à Champoiseau de reconnaître une Victoire à juste titre. La tête et les bras manquèrent mais de nombreuses parties représentant la draperie et le plumage furent ajoutées aux découvertes. Un amas faisant penser à un petit édifice et quelques gros blocs de marbre gris furent pris pour un tombeau et laissés sur place. Ce n’est que dix ans plus tard en 1875 qu’une équipe d’archéologues autrichiens les étudia et détermina qu’ils formaient la proue d’un navire. Champoiseau fit alors le rapprochement avec les monnaies grecques et les tétradrachmes de l’époque de Démétrios Poliorcète pour entreprendre de faire venir les blocs au Louvre à leurs tours en 1879. Une première restitution s’avère concluante, l’œuvre dont seule le corps était présenté dans la salle des Caryatides jusque là est dès lors envisagée dans son ensemble suivant la théorie des archéologues autrichiens. La Victoire de Samothrace est présentée au public dans une configuration très peu retouchée depuis en 1884 en haut de l’escalier Daru.

Le sanctuaire de Samothrace

Samothrace où fut trouvée la Victoire lors des prospections du XIXème siècle, possédait un sanctuaire réputé dans l’antiquité. Consacré aux Dieux Cabires, des dieux très anciens d’origines anatoliennes aux cultes à mystères que ne renierait pas David Icke dans ses études des écoles égyptiennes, il est préexistant à l’arrivée des grecs sur place et prend tout son essor avec l’arrivée des rois de Macédoine notamment en Asie Mineure… Les offrandes sont nombreuses, tout l’espace disponible est occupé et des agrandissements sont nécessaires. Les collines environnantes sont arasées: une entrée monumentale est bâtie à l’est et un portique est aménagé à l’ouest à l’extrémité sud duquel se trouve le monument de la Victoire de Samothrace. A l’étude de la surface du marbre retrouvé, il est admis que l’édifice devait être couvert et à l’abri des précipitations. Fermé sur trois côtés, il s’ouvrait dans l’axe du portique d’où venait donc le visiteur. La base de la statue a été retrouvée oblique à l’ouverture: la Victoire de Samothrace était donc visible de trois quarts gauche comme c’est imaginable de part la composition de l’œuvre travaillée particulièrement minutieusement sur ce côté gauche faisant face au pèlerin et très peu sur les autres que ce soit le côté droit ou le dos, et contrairement à la présentation muséale du Louvre avec le navire strictement perpendiculaire au mur du fond de l’escalier Daru. Les Dieux Cabires étaient réputés puissants et les initiés profitaient d’avantages importants notamment militairement. C’est ainsi que la Victoire de Samothrace fut offerte probablement entre 221 avant Jésus-Christ, date de l’avènement de Philippe V de Macédoine, et 189 avant Jésus-Christ, date de la déroute du souverain d’Antioche écrasé par les Pergamiens, période durant laquelle se sont multipliées les batailles navales entre les successeurs d’Alexandre le Grand.

Victoire de Samothrace: histoire et découverte
Visionnez la vidéo sur la découverte de la Victoire de Samothrace au XIXème siècle

Pour en savoir plus:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.