Aller au contenu

Stonehenge révèle ses paysages ensevelis

Le Stonehenge Hidden Landscapes Project met au jour un nouveau monument à proximité du site de Stonehenge par prospection géophysique.

Le Stonehenge Hidden Landscapes Project met au jour un nouveau monument.

Des techniques de prospection géophysique ont permis de mettre au jour des structures enterrées à proximité de Stonehenge dans le sud-ouest de l’Angleterre. C’est à Durrington Walls, à moins de trois kilomètres du site touristique, que quatre-vingt-dix pierres couchées et enterrées sous un mètre de terre ont été localisées grâce notamment à un radar de pénétration de sol. Il s’agit d’un appareil géophysique qui envoie des ondes électro-magnétiques dans les sols pour étudier leur composition et leur structure. L’antenne enregistre ensuite les anomalies et les changements de milieux.

L’an dernier, les chercheurs avaient découvert quinze structures dans les sous-sols d’un des sites mégalithiques les plus importants au monde parmi lesquels on compte des cromlechs, des tumuli, des puits, etc. Le Stonehenge Hidden Landscapes Project est mené conjointement par l’université de Birmingham et l’institut Ludwig Boltzmann d’Autriche, spécialisé dans les techniques de prospection non destructrices. Depuis cinq ans, les environs de Stonehenge sont ainsi cartographiés pour trouver les monuments non visibles en surface qui nécessitent des fouilles pour être étudiés plus avant.

Ces découvertes permettent de resituer le complexe de Stonehenge dans son environnement de l’époque. Les menhirs identifiés pouvaient mesurer jusqu’à 4,5 mètres et former une structure circulaire de 500 mètres de diamètre et de 1,5 kilomètre de circonférence. Il ne reste qu’une sorte de « C » allongé à Durrington Walls mais le monument aurait compté deux cents pierres dont certaines ont été réutilisées pour construire Stonehenge par les bâtisseurs du site dont le village a été fouillé récemment. La chronologie reste encore à préciser, mais les deux structures semblent contemporaines.

Jusque aujourd’hui, Stonehenge était considéré de façon isolée. Le Stonehenge Hidden Landscapes Project met au jour un sanctuaire religieux étendu avec plusieurs constructions en relation les unes avec les autres. Les pierres couchées se trouvent sous ce qui était considéré auparavant comme un enclos : un fossé et un large talus. Surnommé super henge par les archéologues, cet enclos date d’un siècle après la dernière phase de Stonehenge. Les menhirs de Durrington Walls étaient dressés et servaient de voie processionnaire pendant le fonctionnement de cet immense centre spirituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *