Aller au contenu

Pompéi et les 35 projets de restauration en cours

Le site archéologique de Pompéi est devenu une attraction majeure, et l’UNESCO reconnaît de réels progrès grâce au grand projet.

Le site archéologique de Pompéi est devenu une attraction majeure.

Ensevelie le 24 août 79 lors d’une éruption du Vésuve puis découverte et remise au jour, Pompéi souffrait de conditions de maintenance difficiles voire impossibles. Le mauvais entretien et des pluies torrentielles ont entraîné des glissements de terrain et ont conduit à l’effondrement de la maison des gladiateurs et d’un mur de la maison du moraliste en 2010, à la chute d’un pilier d’une pergola extérieure de la maison de Loreius Tiburtinusd en 2011, et d’une poutre de soutien du toit en tuiles dans la villa des mystères en 2012. Avant cela, ce sont seize écroulements qui ont été constatés en sept ans.

L’UNESCO a menacé un temps de sortir le site de Pompéi de sa liste du patrimoine mondial de l’humanité suite au délabrement du site afin de faire pression sur le gouvernement italien dont le budget du ministère de la culture diminuait. Aujourd’hui, l’institution reconnaît de réels progrès grâce au grand projet pour la conservation et la rénovation de Pompéi. Ce sont cent trente millions d’euros, dont quatre-vingt-seize millions d’euros de fonds européen, qui sont gérés autour de 35 projets et de milliers de travailleurs tous spécialisés dans un domaine : pierre, plâtre, fresques, mosaïques …

 Sélectionnés sur concours et travaillant pour des périodes de six mois, les restaurateurs du site de Pompéi profitent du renforcement de la sécurité. Le deuxième site touristique d’Italie derrière le Colisée avec 2,7 millions de visiteurs en 2014 reprend vie : la « domus » aux parois rouges rouvre au public et le grand gymnase vient d’être inauguré après une campagne de restauration de sept ans. La visite de ce lieu où les jeunes citoyens de la ville venaient faire du sport avant l’éruption volcanique est complétée par une exposition sous une pyramide moderne construite dans l’amphithéâtre.

L’offre de visites est multiple avec des nocturnes, des lectures, des vidéos et des conférences. Le site de Pompéi participe à l’économie locale de la région de Naples historiquement défavorisée par rapport au nord de l’Italie. L’UNESCO a fait pression pour que la cité archéologique soit restaurée  et le grand projet bénéficie à présent du soutien du gouvernement italien mais le plan stratégique nécessite aussi l’implication de toutes les collectivités locales : Massimo Osanna, le super-intendant spécial chargé de Pompéi, continue ainsi de réclamer une desserte directe en train pour faciliter l’accès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *