Aller au contenu

Kukulcan et la cavité maternelle à l’origine de la vie

Des scientifiques découvrent un puits sacré de 35 mètres de diamètre sous la pyramide de Kukulcan en mesurant des courants électriques.

Des chercheurs découvrent un puits sacré sous la pyramide de Kukulcan.

Des scientifiques de l’Institut de Géophysique ainsi que de l’Institut d’Anthropologie et d’Histoire et que de l’université nationale autonome du Mexique ont mené des prospections géophysiques en plaçant quatre-vingt-seize électrodes permettant d’observer huit mille six cent cinquante points différents sous la pyramide de Kukulcan. Ces analyses de tomographie électrique consistant à envoyer des ondes électriques dans le sous-sol ont été testées préalablement sur la pyramide d’El Osario sur la même zone archéologique de la cité de Chichén Itza dans le Yucatan au sud-est du Mexique.

Construite au septième siècle par les mayas, la pyramide de Kukulcan a été érigée en l’honneur du dieu serpent à plumes. Les chercheurs ont annoncé qu’elle est bâtie sur un cénote – une cavité remplie d’eau douce par l’effondrement de la roche calcaire – situé sous les fondations de la pyramide de Kukulcan sous une couche de calcaire de cinq mètres d’épaisseur. Le cénote, appelé puits sacré par les mayas, mesure trente-cinq mètres de diamètres et vingt mètres de profondeur. La cavité n’est peut-être pas entièrement remplie d’eau, mais est inondée sur environ un tiers de la structure.

Les ondes électriques envoyées vers le sous-sol au moyen des électrodes ont permis de mesurer la différence de potentiel ou de résistivité et de cartographier le terrain sur lequel repose la pyramide de Kukulcan. Les scientifiques ont étudié l’hypothèse de l’effondrement du monument et ont conclu que cela n’arriverait pas avant plusieurs générations. Le cénote se situe en effet sur un bord de l’édifice et non pas au centre de la pyramide. Il s’agit d’un facteur favorisant la solidité de la structure car le poids de la pyramide de Kukulcan ne repose ainsi pas sur la cavité remplie d’eau douce.

Les mayas considéraient ces trous d’eau comme des puits sacrés, des ouvertures vers l’inframonde. Ils déposaient des offrandes devant ce qu’ils considéraient comme des passages et faisaient des sacrifices. Ils pourraient s’en être servis de repères pour bâtir leurs temples. Les puits sacrés mayas étaient assimilés à des cavités maternelles à l’origine de la vie. Ils étaient associés au ciel dans les rites préhispaniques et la construction de pyramides concrétisait matériellement ce lien essentiel. Ces monuments ont exercé une influence majeure dans le Yucatan entre le Xème et le XVème siècle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *