Aller au contenu

Escalier Daru, trois siècles d’histoire

L’escalier Daru est un axe important de circulation au point qu’il restera ouvert pendant les travaux et assurera le flux des visiteurs.

L’escalier Daru est un axe important de circulation du Louvre au point qu’il restera ouvert pour la période des travaux et assurera le flux des visiteurs.

Il porte le nom de l’intendant général de la grande armée ayant déconseillé à Napoléon Ier la campagne de Russie, mais il est connu principalement pour abriter la Victoire de Samothrace dans une mise en scène voulue et réussie depuis 1883.

Les origines

Napoléon Ier profite de ses campagnes afin de ramener des trésors de guerre grossissant les collections royales précédemment nationalisées, le tout est offert à la vue du peuple au palais du Louvre devenu Musée Napoléon. Pierre-François-Léonard Fontaine et Charles Percier créent un nouveau type d’escalier monumental menant au premier étage entre 1807 et 1812 marquant le vestibule d’entrée qui sera détruit quarante ans après car devenu déjà trop étroit pour l’affluence de ce grand lieu d’exposition qui est en train de se développer sous Napoléon III.

C’est Hector-Martin Lefuel qui entreprend l’édification des ailes Nord et Sud en 1854 puis leurs décorations intérieures en 1857. Il tente de conserver l’héritage de ses prédécesseurs tant bien que mal mais l’idée ne convient pas à l’empereur qui préfère un nouvel escalier monumental collant aux constructions du moment plutôt que des espaces exigus et désaxés dans le nouvel agencement. Le goût de Napoléon Ier pour les colonnes de marbre, plafonds sculptés et bas-reliefs en trompe l’œil se retrouve dans les salles aujourd’hui appelées Fontaine et Percier, mais l’escalier Daru voit le jour et la monumentalité du lieu est renforcée par un décor foisonnant. Lefuel considère dès lors l’endroit comme un lieu de circulation entre les ailes Sully et Denon, ce qu’il est encore aujourd’hui. Il met en place un projet aérien avec des vides entre les volées, il dessine des garde-corps à balustres, il conçoit des piles élancées et sculptées,  et une série de coupoles. L’éclairage se veut généreux avec six fenêtres s’ouvrant sur les cours auxquelles s’ajoutent un oculus et six verrières dans les coupoles et encore trois autres fenêtres au rez-de-chaussée. L’escalier Daru reste cependant inachevé sans décor ni garde-corps à la mort de Lefuel en 1883.

L’arrivée de la Victoire de Samothrace

Edmond Guillaume prend la succession et continue les travaux de 1881 à 1894. Il poursuit la création de l’escalier Daru dans le style second empire malgré l’avènement de la république en 1870. Les décors sont composés de mosaïques exaltant les arts et s’intègrent dans les structures métalliques des coupoles, surmontées par une frise d’amours volants tenant des portraits de célébrités antiques en médaillon, et des vitraux revêtent les verrières. Le mur supportant le premier palier est consolidé afin d’accepter les vingt à trente tonnes de la Victoire de Samothrace, celui de l’étage est agrémenté d’un rouge pompéien. Edmond Guillaume meurt à son tour en 1894, les travaux de l’escalier Daru ne sont toujours pas terminés.

C’est Albert Ferrand qui achève l’écrin de la Victoire de Samothrace en imposant un style arts déco avec des volumes amples construits sur des lignes simples et fortes et un décor sobre. Trop présentes et trop colorées, les mosaïques sont cachées par du papier peint imitant la pierre de taille. Les vides entre les volées sont comblés. Les colonnes sont élargies. L’éclairage est également repris avec la suppression des fenêtres et de l’oculus, et avec le remplacement des vitraux des verrières par du verre dépoli. Le rez-de-chaussée s’assombrit, la lumière vient dorénavant principalement des coupoles. S’assortissant à l’aspect sobre et épuré du nouvel escalier Daru de 1934, des garde-corps arts déco sont installés. C’est le moment où la Victoire de Samothrace est rehaussée par un bloc en ciment et avancée par rapport au mur du fond afin d’augmenter l’impression des visiteurs qui voient l’œuvre dans sa totalité depuis le bas des marches.

La campagne de restauration de la Victoire de Samothrace s’assortit une nouvelle fois d’une rénovation de l’escalier Daru qui s’achèvera en mars 2015. Les murs, les voûtes et les garde-corps en laiton seront nettoyés par tranches afin de réduire l’emprise au sol des échafaudages durant les travaux et de permettre la conservation du flux des visiteurs.

En cadeau aujourd’hui, deux images à utiliser en photos de profil:

Image de profil sur fond noir - Victoire de Samothrace
Image de profil sur fond noir – Victoire de Samothrace
Image de profil "bonhomme" - Victoire de Samothrace
Image de profil « bonhomme » – Victoire de Samothrace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.