Aller au contenu

Corent : 125 silos à grains gaulois trouvés

La cité gauloise de Corent compte une trouvaille de plus après un théâtre, un sanctuaire et un centre de frappe monétaire mis au jour.

La cité gauloise de Corent compte une surprise de plus au Lac-du-Puy.

Un théâtre, un sanctuaire, un centre de frappe monétaire, des habitations de prestige et des bijoux ont été mis au jour durant les quinze années de fouilles du site. L’oppidum de Corent peuplé de plusieurs milliers d’habitants, probablement la capitale des Arvernes, situé à huit kilomètres du champ de bataille de Gergovie, bénéficiait d’une économie évoluée dégageant un surplus nécessitant d’être stocké. C’est ce que confirment les archéologues confirment au Lac-du-Puy avec la découverte du plus gros ensemble de silos de stockage de céréales gaulois jamais trouvé en France.

D’autres batteries de silos ont été mises au jour en Allemagne, dans le Berry, ou en Catalogne, mais celle découverte en Auvergne est au moins trois fois plus grande. Les chercheurs ont vu dès le début de la campagne des ronds de terre espacés d’un mètre. La pelle mécanique a permis de faire apparaître les formes évasées caractéristiques des silos. Sur 10% de la superficie du Lac-du-Puy situé à 300 mètres du site archéologique de Corent, 125 structures ont déjà été trouvées. Le site pourrait ainsi compter entre 600 et 1500 silos permettant de conserver des centaines de tonnes de grains.

De profondeurs variables et de volumes d’à peu près un mètre cube, les fosses remplies à ras bord de grains de blé, d’orge, ou de seigle avaient une capacité de 500 kilos à 1,5 tonne de céréales soit de quoi conserver des centaines de tonnes de grains au total. Le système est ingénieux, il s’agit d’une sorte d’emballage sous vide. Le sol est presque totalement imperméable à l’eau et à l’air, et les silos de Corent étaient hermétiquement refermés. Un début de fermentation des céréales consommait le peu d’oxygène présent garantissant la conservation sur plusieurs  mois, voire sur plusieurs années.

Les céréales ont peut-être été stockées pour résister à un siège, ou à côté d’une grande place de marché, ou encore suite à un surplus exceptionnel. Le site de stockage de Corent a semble-t-il été aménagé en peu de temps comme en atteste la régularité dans la répartition des fosses sur le site, et tous les silos ont apparemment été comblés en même temps. Des restes de charbons de bois sur les bords des silos montrent une stérilisation par le feu trois ou quatre fois afin d’être réutilisés. Des prélèvements ont été effectués dans le fond de certaines structures pour dater leur époque au carbone 14.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *