Aller au contenu

Le comité permanent du ministère du patrimoine canadien ne surveillera pas les cours d’histoire

La presse avait fait le déplacement en nombre à la réunion du comité permanent, pour voir la modification de la décision prise à huis-clos la semaine dernière.

L’idée de mettre sous surveillance une matière scolaire provoquant un débat nourri pendant plusieurs jours du fait du partage des pouvoirs au Canada et de la compétence sur l’éducation au niveau des provinces exclusivement. Les médias présents ont assisté à un petit recul et à la modification du mandat de l’étude initiale controversée. Les cours d’histoire en primaire, secondaire, et supérieur ne seront donc plus concernés.

Les provinces, et notamment Québec, accusaient le gouvernement fédéral de profiter de la surveillance afin de s’immiscer dans les compétences provinciales et à terme de réécrire les cours d’histoire d’un point de vue qui soit celui de la majorité actuelle. L’opposition profite ainsi d’une demi-victoire, le comité du patrimoine canadien acceptant finalement de ne pas vérifier ce qui se passe au niveau des provinces et d’étudier l’histoire par le biais des programmes fédéraux, des musées et de la publicité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *