Aller au contenu

Ataï : levée de deuil un an après la restitution

Vingt-cinq ans après la prise de possession de l’archipel par la France, Ataï mène une révolte dans la région de La Foa sur la côte ouest.

La cérémonie de levée de deuil du grand chef Ataï se déroule en Kanakie.

La Nouvelle-Calédonie a été proclamée colonie française en 1853. Dès 1870, les kanaks se révoltent contre les français qui prennent leurs terres pour les donner aux colons. En 1878, les bagnards et les colons sont autorisés à faire paître leurs bétails sur les terres cultivées par les kanaks. Vingt-cinq ans après la prise de possession de l’archipel par la France, Ataï mène une révolte dans la région de La Foa sur la côte ouest de l’île. Cette rébellion fut durement réprimée par l’armée alliée aux clans de Canala sur la côte est. C’est l’un d’eux, Ségou, qui décapita Ataï à la hache et livra la tête mise à prix.

Cette guerre soldée par 1200 morts kanaks et 200 morts européens voit des hommes déportés, des clans déplacés, et finalement les kanaks mis dans des réserves jusqu’en 1946. Les descendants d’Ataï, la famille Kawa d’après la mémoire des générations kanaks, continuent de demander réparation des préjudices subis durant la colonisation et notamment le retour de la tête de leur ancêtre envoyée en métropole au Musée de l’Homme à Paris pour les besoins d’études anthropométriques. La tête était conservée dans les collections d’anthropologie sans jamais avoir été exposée en 136 ans.

Les accords de Matignon signés en 1988 promettent déjà la restitution de la tête du grand chef Ataï. Les lenteurs administratives sont rattrapées par Didier Daeninckx en 2011. L’écrivain auteur de Cannibale en 1998 retrouve le crâne qui était passé par le Musée ethnographique du Trocadéro et le Museum. Il découvre également une photo de l’exposition coloniale de 1931 où Willy Karembeu, un arrière-grand-père de Christian Karembeu, et deux autres membres de sa famille sont exposés dans un zoo humain au bois de Boulogne parmi 111 kanaks venus de Nouvelle-Calédonie.

La Vénus Hottentote a été remise à l’Afrique du sud en 2002, vingt têtes maories ont été rendues à la Nouvelle-Zélande en 2010, le crâne d’un ancien membre de la tribu Tehuelche continue d’être réclamé par la Patagonie. La tête du grand chef Ataï est retournée en Nouvelle-Calédonie en 2014 où elle a été déposée à la tribu de Petit Couli à Sarraméa pendant un an. La tenue de nouvelles cérémonies de levée de deuil est en préparation depuis des semaines. Bergé Kawa a invité plusieurs artistes dans le cadre de cet événement très important dont Dieudonné, soutien historique de la cause kanak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *